Vers le bac

Cadre général (lire ici et )

L’équilibre général entre contrôle continu (40 des 100 coefficients) et contrôle terminal (60 des 100 coefficients) au sein du baccalauréat général et technologique est maintenu. L’évaluation de chacun des enseignements et des disciplines est cependant clarifiée : désormais aucun d’entre eux n’est évalué de manière cumulative par le contrôle continu et par le contrôle terminal. L’esprit du nouveau baccalauréat est ainsi renforcé, pour inciter chaque élève à s’impliquer toute l’année dans ses apprentissages et préserver la dimension nationale et symbolique de l’examen.

60 de ces 100 coefficients sont obtenus dans le cadre d’épreuves anticipées ou d’épreuves terminales

  • Les épreuves anticipées de français en fin de classe de première (écrit, coefficient 5 ; oral, coefficient 5) ;
  • Les deux épreuves pour les enseignements de spécialité suivis par l’élève en terminale (coefficient 16 pour chacune d’elle) ;
  • La philosophie (coefficient 8 en voie générale) ;
  • Le Grand oral (coefficient 10 en voie générale).

40 de ces coefficients sont obtenus par le biais du contrôle continu

  • Toutes les disciplines du tronc commun qui ne font pas l’objet d’épreuves terminales (langues vivantes A et B, histoire-géographie, éducation physique et sportive, enseignement scientifique pour la voie générale, se voient attribuer chacune un coefficient 6 (3 en 1ère, 3 en terminale) ;
  • L’enseignement de spécialité abandonné en fin de classe de première est crédité d’un coefficient 8 (soit la moitié des enseignements de spécialité conservés par le candidat en classe terminale) ;
  •  Enfin, l’enseignement moral et civique reçoit un coefficient 2 (1 en première, 1 en terminale).

En ce qui concerne les enseignements optionnels, chacun d’entre eux est pris en compte avec un coefficient 2 pour la classe de première et un coefficient 2 pour la classe de terminale. Ces coefficients s’ajoutent à la somme des coefficients portant sur les enseignements obligatoires. Les élèves peuvent faire valoir leurs résultats dans une option en classe de première, et dans deux options en classe de terminale, auxquelles peuvent s’ajouter chaque année un ou deux enseignements optionnels de Langues et cultures de l’Antiquité, en latin et en grec.

Les mesures transitoires pour la session 2022

Pour la session 2022, les candidats conservent le bénéfice des notes qu’ils ont obtenues en classe de première au cours de l’année 2020-2021, selon les modalités définies dans la note de service du 19 mars 2021, modifiée par la note de service du 2 juin 2021, relative aux modalités d’organisation de l’examen du baccalauréat général et technologique de la session 2022 pour l’année scolaire 2020-2021 dans le contexte de l’épidémie de Covid-19. Cette conservation des notes s’opère à due proportion des coefficients qui leur étaient attribués. Ainsi, leurs coefficients s’organisent comme suit, s’agissant des enseignements obligatoires ne faisant pas l’objet d’épreuves terminales :

La question de l’absentéisme

Pour avoir du sens et être réellement représentative du niveau d’un élève, une moyenne doit nécessairement être construite à partir d’une pluralité de notes. Le contrôle continu implique un respect scrupuleux de l’obligation d’assiduité prévue par l’article L.511-1 du Code de l’éducation, qui impose aux élèves de suivre l’intégralité des enseignements obligatoires et optionnels auxquels ils sont inscrits. À ce titre, les élèves doivent accomplir les travaux écrits et oraux qui leur sont demandés par les enseignants et se soumettre aux modalités du contrôle continu qui leur sont imposées,. Ils sont tenus de suivre les enseignements correspondant au programme et figurant dans leur emploi du temps établi par l’établissement scolaire.

Un suivi attentif de l’assiduité des élèves est mis en place dans chaque établissement afin d’anticiper les difficultés éventuelles de constitution de moyennes. Chaque établissement précise dans son règlement intérieur et son projet d’évaluation, portés à la connaissance des élèves et des familles, le seuil minimum en deçà duquel la moyenne de l’élève ne pourra être retenue pour le baccalauréat et sera remplacée par une convocation à une évaluation ponctuelle à titre d’évaluation de remplacement.

Lorsqu’un candidat scolaire ne dispose pas d’une moyenne annuelle pour un ou plusieurs enseignements, une évaluation ponctuelle est organisée par le chef d’établissement dans l’enseignement correspondant, à titre d’évaluation de remplacement. Si la moyenne manquante est celle de l’année de première, cette évaluation ponctuelle est organisée au cours du premier trimestre de l’année de terminale et porte sur le programme de la classe de première. Si la moyenne manquante est celle de l’année de terminale, l’évaluation ponctuelle est organisée avant la fin de l’année de terminale et porte sur le programme de terminale. Le format de l’épreuve est celui de l’évaluation ponctuelle prévue pour les candidats individuels, tel que précisé par note de service. Les professeurs qui font passer les évaluations peuvent utiliser les sujets de la banque nationale numérique. La note obtenue par l’élève à cette évaluation ponctuelle de remplacement est retenue en lieu et place de la moyenne manquante.

Dans le cas d’une absence dûment justifiée à cette évaluation ponctuelle, le candidat est à nouveau convoqué. Si l’absence n’est pas dûment justifiée, la note zéro est attribuée pour cet enseignement.

Complément d’information

https://www.education.gouv.fr/ajustement-pour-le-baccalaureat-general-et-technologique-compter-de-la-session-2022-324134

https://www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo30/MENE2121270N.htm