Vers le bac

À compter de la session 2021, le baccalauréat général est évalué selon deux modalités

  • dans le cadre du contrôle continu (40% de la note finale) : par la prise en compte de l’évaluation des résultats de l’élève en classe durant le cycle terminal (10%), et par la moyenne des notes obtenues lors des évaluations communes (30%) ,
  • dans le cadre des épreuves terminales (60% de la note finale) du premier groupe et, le cas échéant, du second groupe (« oraux de rattrapage » ou « épreuves de contrôle »).
  • Ceci a pour objectif de valoriser le travail régulier des élèves et de limiter le nombre d’épreuves à la fin de l’année de terminale.

Il tient compte de l’évaluation chiffrée annuelle des résultats sur l’ensemble du cycle terminal

  • Cette évaluation, nommée également « note de bulletin » ou « note de livret scolaire », correspond à la moyenne des moyennes annuelles de tous les enseignements suivis par l’élève, qu’ils soient obligatoires ou optionnels, moyennes attribuées par ses enseignants au cours de sa scolarité.
  • La moyenne annuelle de chaque enseignement est celle qui figure dans le livret scolaire du lycée de l’élève.
  • La moyenne générale de l’année de première est affectée d’un coefficient 5, de même que la moyenne générale de l’année de terminale. Au total, l’évaluation chiffrée des résultats de l’élève au cours du cycle terminal est donc affectée d’un coefficient 10 (sur 100).

Il s’appuie sur l’introduction d’évaluations communes programmée au cours du cycle terminal

  • Première série d’évaluations (deuxième trimestre de l’année de première) pour les enseignements d’histoire-géographie et de langues vivantes A et B.
  • Deuxième série d’évaluations (troisième trimestre de l’année de première) pour les enseignements d’histoire-géographie, de langues vivantes A et B, l’enseignement scientifique et l’enseignement de spécialité suivi pendant la seule classe de première.
  • Troisième série d’évaluations (troisième trimestre de l’année de terminale) pour les enseignements d’histoire-géographie, de langues vivantes A et B et l’enseignement scientifique.
  • Les sujets des évaluations sont issus d’une banque nationale de sujets. Les évaluations sont corrigées sous le couvert de l’anonymat par un enseignant qui n’a pas suivi l’élève pendant l’année en cours.
  • La note globale des évaluations communes est affectée d’un coefficient 30 (sur 100).

Infographie pour résumer accessible ici et

Infographie pour résumer accessible ici et

Il resserre les épreuves terminales autour du français, de la philosophie, des deux spécialités conservées en terminale et du Grand oral

  • Les épreuves termimales comprennent les épreuves passées par anticipation en fin de première (coefficient 10 sur 100) ainsi que les épreuves finales passées en terminale (coefficient 50 sur 100). Les épreuves anticipées concernent les épreuves, écrite et orale, de français. Les épreuves finales comprennent : l’épreuve de philosophie (coefficient 8 sur 100), les deux épreuves de spécialité (coefficient 16 sur 100 pour chaque épreuve), l’épreuve orale terminale nommée Grand oral (coefficient 10 sur 100).
  • Des indications précises sur les objectifs, la durée et la structure des épreuves de spécialité se trouvent dans les arretés ministériels en lien ci-après pour l’épreuve de mathématiques, pour l’épreuve de physique-chimie, pour l’épreuve de sciences de la vie et de la terre, pour l’épreuve de sciences économiques et sociales et l’épreuve d’histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques.
  • Des indications précises sur les objectifs, la durée et la structure des épreuves anticipées de français et l’épreuve terminale de philosophie se trouvent dans les arretés minsitériels en lien ci-après pour l’épreuve de français écrit, pour l’épreuve de français oral et pour l’épreuve de philosophie.
  • Des indications précises sur la définition, les objectifs, la finalité ainsi que le format et le déroulement de l’épreuve orale nommée Grand oral se trouve dans l’arreté ministériel proposé en lien. Un complément d’information est proposé sur cette page institutionnelle. Cette épreuve a été conçue pour permettre au candidat de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante. Elle lui permettra aussi d’utiliser les connaissances liées à ses spécialités pour démontrer ses capacités argumentatives et la maturité de son projet de poursuite d’études, voire professionnel.

Infographie pour résumer accessible ici et

Infographie pour résumer accessible ici et

Il conserve les épreuves du second groupe (appelés « oraux de rattrapage » ou « épreuves de contrôle ») ainsi que les mentions

  • À l’issue des épreuves du premier groupe, si le candidat a obtenu une note moyenne inférieure à 8/20, il est ajourné ; s’il a obtenu une note moyenne de 10/20 ou plus, il est déclaré définitivement admis ; s’il a obtenu une note moyenne au moins égale à 8/20 et inférieure à 10/20, il est autorisé à présenter les épreuves orales du second groupe.
  • Lors des épreuves du second groupe, le candidat se présente à deux épreuves orales dans deux disciplines qu’il choisit parmi celles qui ont fait l’objet d’épreuves écrites au premier groupe, y compris les épreuves anticipées. Seule la meilleure note obtenue par le candidat au premier ou au second groupe est prise en compte par le jury de l’examen. Le candidat est reçu s’il obtient au moins, à l’issue de ces oraux, une note moyenne de 10/20 à l’ensemble des épreuves.
  • Les mentions « assez bien » (AB), « bien » (B), « très bien » (TB) et « très bien avec les félicitations du jury » ne sont attribuées qu’aux candidats obtenant le baccalauréat au premier groupe d’épreuves, en fonction de la moyenne obtenue. La règle est la suivante : mention AB : moyenne supérieure ou égale à 12 et inférieure à 14, mention B : moyenne supérieure ou égale à 14 et inférieure à 16, mention TB : moyenne supérieure ou égale à 16 et inférieure à 18, mention TB avec les félicitations du jury : moyenne supérieure ou égale à 18.

Infographie pour résumer accessible ici

Il prévoit, en cas de force majeure, des épreuves de remplacement (appelées « épreuves de septembre »)

  • Les candidats qui, pour cause de force majeure dûment constatée, n’ont pu passer, au cours ou à la fin de l’année scolaire, tout ou partie des épreuves terminales du premier groupe, pourront être autorisés à se présenter uniquement aux épreuves de remplacement organisées au début de l’année scolaire suivante (soit dès le mois de septembre suivant).
  • La session de remplacement ne comporte pas d’épreuves d’éducation physique et sportive, ni d’évaluations communes, ni d’épreuves ou parties d’épreuves organisées dans les établissements en dehors de la session organisée à la fin de l’année scolaire.

Compte tenu de la situation sanitaire, des aménagements des épreuves des examens nationaux ont été décidés. Consultez ici toutes les réponses à vos questions pour les examens du bac, brevet, CAP, BEP et BTS. [Mise à jour 29 mai]